Contact

La ventilation : une mesure invisible de limitation du COVID-19 qui gagne enfin la reconnaissance qu’elle mérite

Deux ans se sont écoulés depuis le début de la pandémie, et à ce stade, nous connaissons sans doute tous de mémoire le protocole de protection : vaccins, rappels, lavage régulier des mains, et bien sûr, masques. Cependant, les chercheurs pensent que l’une des armes les plus efficaces contre le COVID-19 est la ventilation, qui ne reçoit que maintenant l’attention qu’elle mérite.

Une ventilation correcte est un outil essentiel pour lutter contre le COVID-19.

Depuis la pandémie, les médecins ont souligné comment le COVID-19 restait sur les surfaces, mais ils ne se sont jamais intéressés à la manière dont le virus se transmet de manière efficace dans l’air. En juillet 2020, des centaines de scientifiques ont évoqué dans une lettre ouverte en quoi la distanciation sociale et le lavage des mains étaient insuffisants pour nous protéger du virus.

« Le lavage des mains et la distanciation sociale sont adaptés mais, à notre avis, insuffisants pour protéger des microgouttelettes porteuses de virus libérées dans l’air lors de la respiration par les personnes infectées. Ce problème est particulièrement sensible dans les environnements intérieurs ou fermés, notamment ceux qui sont très fréquentés et dont la ventilation est insuffisante ». L’Organisation mondiale de la santé et les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies ont ensuite reconnu et approuvé ce que les scientifiques et les experts avaient annoncé : le COVID-19 se propage et se déplace dans l’air (à plus de 2 mètres) grâce aux petites particules d’aérosol du virus. Joseph Allen, directeur du programme « Bâtiments sains » de la T.H. Chan School de l’université de Harvard, a parlé dans son interview à CNN des conséquences négatives liées à la taille microscopique du virus. Sa petite taille influe sur la distance qu’il peut parcourir et sur la profondeur et la rapidité avec lesquelles il peut pénétrer dans nos poumons lors de la respiration. Le COVID-19 se propage sans effort ; par conséquent, différents protocoles devraient être mis en œuvre pour réduire les transmissions afin de nous protéger.

La ventilation intérieure a toujours été importante.

À la fin du 19e siècle, les cas de tuberculose et de diphtérie ont augmenté en raison du manque de connaissances sur la ventilation adéquate des espaces fermés. Plus tard, au cours de ce siècle, les gens ont enfin compris comment les maladies se propagent par l’air ; par conséquent, la ventilation et la filtration ont commencé à faire l’objet d’une certaine sensibilisation. Nous sommes au 20e siècle et confrontés au même défi que celui du 19e siècle. La ventilation n’est pas considérée comme une solution convenable et, par conséquent, la probabilité d’être infecté par un virus mortel dans des espaces clos est élevée. Les vaccins, les rappels et même les masques nous protègent du COVID-19, mais selon le Dr Allen, ces mesures sont insuffisantes, surtout dans les espaces intérieurs. « Plus il y a de personnes, plus le risque est élevé, car il y a plus de chances d’avoir quelqu’un d’infectieux, mais si la ventilation est bonne, cela n’a pas d’importance » comme le souligne le Dr Allen, la ventilation et les autres réglementations sont des outils essentiels pour lutter enfin contre la pandémie.

Une ventilation adaptée est-elle alors la nouvelle solution ?

Le mot d’ordre de la pandémie a été « l’extérieur est plus sûr que l’intérieur » parce qu’à l’extérieur, il y a une ventilation illimitée qui réduit le nombre de particules susceptibles de transporter des particules de COVID-19. Les scientifiques et les médecins ont déclaré que la mise en place d’une ventilation adéquate ne constituait pas une tâche complexe. L’une des solutions les plus efficaces et les plus accessibles est l’ouverture des fenêtres. L’ouverture des fenêtres permet à l’air de circuler à l’intérieur et de filtrer naturellement l’espace clos. Malheureusement, certains bâtiments ne sont pas équipés de fenêtres adéquates ayant le pouvoir de filtrer l’air dans de grandes zones. Néanmoins, les scientifiques affirment que les filtres à air portables peuvent également constituer une solution complémentaire à ce problème. L’Agence de protection de l’environnement des États-Unis (EPA) signale que les filtres à air représentent effectivement une solution décente, mais ils doivent répondre à au moins un des aspects suivants :
  • Classé CADR
  • Équipé d’un filtre HEPA
  • Preuve que le filtre à air a le pouvoir d’éliminer la plupart des particules inférieures à 1 micron

Les purificateurs AIR8 répondent-ils aux exigences de l’EPA ?

Chez AIR8, chaque purificateur d’air possède des filtres HEPA 13 de haute qualité. Les filtres HEPA 13 sont les filtres les plus puissants que vous pouvez installer sur des appareils commerciaux en raison de leur pouvoir d’élimination de 99,97 % des particules d’une taille aussi petite que 0,1 micron. Nos purificateurs d’air high-tech à filtration multiétagée sont actuellement équipés de la technologie la plus moderne. Grâce à cette technologie innovante, nous pouvons atteindre le taux de filtration et le CADR (Clean Air Delivery Rate) les plus remarquables. Les purificateurs d’air AIR8 répondent non seulement à une, mais à toutes les caractéristiques mentionnées par le Dr Allen. Il est finalement reconnu que la ventilation est un outil puissant pour combattre le COVID-19. Par conséquent, la combinaison des anciens protocoles de protection contre le COVID-19 et des purificateurs d’air dans les espaces intérieurs permettra de réduire la propagation de ce virus et, surtout, de nous protéger.

Contactez-nous

 

S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Contactez-nous
Laissez-nous vos coordonnées accompagnées d’un message, nous reviendrons vers vous dans les plus brefs délais pour répondre à votre demande
Close button
Close button