Contact

La santé mentale des enfants doit être protégée

Un autre sujet d'inquiétude

Nous considérons traditionnellement l’enfance et l’adolescence comme une période d’innocence, de joie et d’apprentissage. Cependant, les difficultés du monde moderne bouleversent l’insouciance de ces premières années. Non seulement aux niveaux social et technologique, mais aussi dans le développement du corps et de l’esprit. Tout cela est dû à la croissance industrielle contemporaine et ses négligences.

La Dr Anna Oudin et son équipe de l’Université suédoise d’Umeå ont mené une étude utilisant deux sources. Ils ont d’abord cherché un modèle précis de l’utilisation générale des sols du pays, en particulier dans les zones où la pollution atmosphérique présente des concentrations élevées de dioxyde d’azote (NO2) et de particules PM 2,5 et PM 10. Ensuite, ils ont comparé ces données régionales avec les informations du Registre national suédois. Plus précisément, ils ont examiné le type de médicaments qui ont été prescrits pour divers problèmes psychiatriques, tels que le sommeil, les troubles psychotiques et le stress. L’échantillon de population comprenait des jeunes de moins de 18 ans, tous répartis dans 4 grands comtés : Västra Götaland, Skåne, Västerbotten et le comté de Stockholm. La population totale échantillonnée était de 552,221 jeunes.

Les résultats n’ont rien donné de bon, mais au moins nous disposons désormais de données qui confirment notre soupçon naturel : la pollution atmosphérique peut jouer un rôle néfaste sur la santé mentale. Mais ce qui nous préoccupe vraiment, c’est son impact sur le développement des jeunes. Si les recherches du Dr Oudin sont exactes, les enfants et les adolescents vivant dans des quartiers très pollués courent un risque accru de 9 % de se voir prescrire au moins un médicament pour traiter un trouble psychiatrique. Cela peut être déclenché par un facteur aussi faible qu’une augmentation de 10 µg/m3 (microgrammes par mètre cube) de NO2. Dans le cas des concentrations d’autres polluants atmosphériques, comme les PM 2,5 et 10, le risque augmente de 4 %, ce qui n’est peut-être pas aussi élevé que le premier chiffre, mais reste tout de même inquiétant.

Cela se traduit par des passages répétés à la pharmacie pour obtenir des somnifères ou des antipsychotiques. C’est quelque chose auquel nous nous sommes habitués, en tant qu’adultes, mais il est peu rassurant de découvrir que les jeunes sont désormais partie prenante de notre problème général de santé mentale. Et pourtant, ce n’est pas la seule surprise de l’étude du Dr Oudin.

Cela se passe dans le pays le plus propre d'Europe

Ce qui est vraiment choquant dans cette affaire, c’est qu’elle a été découverte en Suède, le pays le moins pollué d’Europe. Son ciel, selon tous les rapports et toutes les mesures, est le plus pur du continent, avec des concentrations de NO2 ne dépassant pas 15 µg/m3. Ce niveau est considérablement inférieur à 40 µg/m3, la concentration maximale tolérable de ce produit chimique établie par l’UE. Pourtant, l’équipe de l’université d’Umeå a constaté l’existence d’un lien entre la pollution atmosphérique et la santé mentale dans des zones où le degré de contamination atmosphérique est aussi faible. Cela signifie que le risque de troubles mentaux est plus élevé chez les enfants des autres pays d’Europe, plus pollués.

Si nous appliquons la science utilisée pour mener l’étude, les enfants du Royaume-Uni risquent également de développer des troubles mentaux légers à sévères. Avant les confinements nationaux destinés à freiner la propagation du Covid-19, les concentrations de NO2 étaient, à toutes fins utiles, illégales. Les niveaux ont commencé à baisser considérablement dans les grandes villes lorsque la vie telle que nous la connaissions s’est arrêtée en 2020, lorsque la circulation des taxis et des autres véhicules à moteur a été réduite. Le NO2 a chuté autour de juillet, avec des concentrations as low as 17,5µg/m3 in London and 15,5µg/m3 in Glasgowpresque aussi basses que la médiane nationale suédoise. Toutefois, elles ont commencé à augmenter dès que les restrictions se sont relâchées. En novembre, les concentrations ont atteint un nouveau sommet.

La pollution atmosphérique peut pénétrer dans le corps humain par les yeux, le nez et les oreilles. Une fois cela fait, ce n’est qu’une question de temps avant qu’elle n’atteigne le cerveau et ne provoque une inflammation. Ses effets sur le psychisme ont déjà été observés dans le comportement d’animaux exposés à de fortes doses de contaminants atmosphériques. Ce n’est pas beau à voir.

Mais ce qui est encore pire, ce sont les effets sur la faculté cognitive des enfants. Bien que l’équipe suédoise n’ait pas effectué de recherches portant spécifiquement sur les fonctions cérébrales, d’autres études ont établi des liens entre la pollution atmosphérique, les difficultés d’apprentissage et les troubles du spectre autistique (TSA). L’une d’entre elles, menée par l’université Monash en Australie, a découvert que l’exposition à de fortes concentrations de particules PM1, 2,5 et 10 (toutes produites, entre autres, par les émissions industrielles et routières) augmente de 78 % le risque de développer un autisme chez les nouveau-nés et les enfants dès l’âge de 3 ans.

Et maintenant, que fait-on ?

L’étude australienne ne fait que jeter de l’huile sur le feu allumé par l’équipe de scientifiques suédois. L’effet néfaste de la pollution atmosphérique sur le développement mental des enfants ne devrait plus faire de doute. Ce qui devrait également être clair, c’est qu’à l’heure actuelle, il n’y a pas grand-chose que nous puissions faire à ce sujet, du moins à grande échelle. Bien sûr, des projets sont en cours : des outils juridiques pour réduire l’émission de contaminants, des technologies vertes nouvelles et étonnantes et, nous pouvons l’espérer, un changement général dans la façon dont nos politiciens et nos dirigeants industriels pensent et agissent en matière d’environnement. Mais toutes ces mesures, aussi bien intentionnées soient-elles, n’auront un effet positif que sur le long terme.

La vie peut souvent être sombre, et nous, en tant qu’adultes, sommes bien placés pour le savoir. Il n’est pas nécessaire que les enfants souffrent à un si jeune âge. L’enfance doit être précieuse pour ce qu’elle est : un moment d’innocence, de jeu et d’apprentissage. Si nos quartiers sont très pollués, alors, au moins, nous pouvons faire quelque chose pour protéger notre intérieur avec de l’air pur.

Les écoles des enfants devraient être plus que de simples centres d’apprentissage. Elles devraient être un lieu de protection contre la pollution extérieure. Chez AIR8, nous avons constaté que l’utilisation de nos filtres de qualité médicale, conçus autour de la technologie HEPA-13, est un moyen pratique de maintenir les salles de classe fraîches et saines. Il suffit de deux de nos purificateurs d’air pour protéger les salles de classe des polluants nocifs, car un seul d’entre eux est capable de filtrer 99,97 % des particules contaminantes, ainsi que des agents pathogènes et des virus, comme le Covid-19.

air pollution

AIR8 Purificateur d'air

Nos purificateurs d’air ne sont pas des équipements ordinaires. Selon le modèle choisi, ils disposent de quatre à six étapes de filtration, telles que le catalyseur à froid, l’ionisation et la filtration au charbon. Ce que nous pouvons vous offrir, c’est la meilleure qualité au meilleur prix, appuyée par des tests TÜV et le CADR (Clean Air Delivery Rate) le plus élevé du marché.

Discret, automatisé, propre et efficace. Nos filtres sont ceux utilisés dans les environnements médicaux et de bureau pour obtenir la meilleure qualité de l’air. Ils sont faciles à déplacer et efficaces dans leur action. Oui, c’est vrai, l’environnement est très contaminé, et nous exposons nos enfants à chaque fois qu’ils sortent. Mais cela ne veut pas dire que nous ne pouvons rien faire pour les protéger pendant qu’ils sont à l’école. Maintenant, nous avons les moyens de garder leur intérieur sûr et hygiénique.

 

Nous contacter

S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Contactez-nous
Laissez-nous vos coordonnées accompagnées d’un message, nous reviendrons vers vous dans les plus brefs délais pour répondre à votre demande
Close button
Close button