Contact

Faites-vous de l’exercice ? Avec la pollution de l’air, cela ne change rien

Si vous pensiez que l’exercice quotidien était bon pour votre santé, réfléchissez bien : si vous vous entraînez dans une zone de pollution de l’air, vous risquez de perdre tous les avantages de votre travail acharné.

En respirant plus fort, vous polluez encore plus votre corps

Personne ne remet en question les bienfaits d’une bonne série d’exercices. L’existence de bénéfices, tant pour le corps que pour l’esprit, est scientifiquement prouvée, et n’oublions pas les bienfaits en termes d’image de soi que procure la vision de notre nouvelle silhouette dans le miroir, ou le sentiment d’exaltation ressenti après un bon entraînement. Une trentaine de minutes d’exercices quotidiens intenses à modérés suffisent pour perdre du poids et rester en bonne santé. Ces exercices prennent la forme de sessions aérobiques ou d’entraînement musculaire. C’est facile à faire et tout ce qu’il faut pour commencer, c’est la volonté de commencer et la discipline de continuer. Cela peut nécessiter un certain effort au début, mais les avantages à long terme compenseront de loin l’effort physique fourni.

Mais tout n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît dans ce monde contemporain. La pollution de l’air est devenue l’un des risques sanitaires les plus invasifs et les plus importants de notre époque, générant toutes sortes de problèmes qui touchent tout le monde. Des enfants aux personnes âgées, des femmes enceintes aux personnes en difficulté au travail, la pollution atmosphérique est un acteur majeur dans la liste croissante des problèmes auxquels nous devons faire face. Le bon sens nous suggère que l’exercice et des habitudes alimentaires saines permettraient de se mettre à l’abri de tels problèmes, mais quelques études ont montré que cela n’était plus vrai. Ou du moins pas dans les zones très polluées.

Quelque chose d’aussi simple que la course à pied réduit les risques de démence. C’est intéressant pour les personnes âgées mais aussi pour les jeunes qui veulent s’épargner cette souffrance des dernières années de vie. Cependant, il a été constaté que tous les bénéfices de l’exercice disparaissaient aussi rapidement qu’ils étaient apparus si l’activité physique était pratiquée dans des zones polluées, même à des niveaux modérés. Il s’agit d’une question importante, car c’est une attaque frontale contre l’une de nos solutions les plus efficaces pour se maintenir en bonne santé : le bon vieil exercice. Comment pouvons-nous équilibrer le poids des avantages de celui-ci avec celui des inconvénients de respirer la pollution atmosphérique de nos villes ? C’est comme si l’environnement lui-même jouait contre nous.

air pollution

Dommages cérébraux dus aux contaminants

Pour comprendre les effets négatifs de l’exercice qui résultent de l’inhalation des particules fines PM2,5 et du dioxyde d’azote (NO2), parmi d’autres contaminants, examinons d’abord ce qui arrive à notre cerveau lorsque nous faisons de l’exercice. On a constaté que les personnes qui menaient une vie physiquement active avaient plus de matière grise et une matière blanche plus saine que celles qui étaient sédentaires. La matière grise est constituée de tous les neurones fonctionnels et des synapses nerveuses, tandis que la matière blanche aide à la connexion de ces neurones. En d’autres termes, alors que la matière grise traite l’information, la matière blanche la transfère. La matière blanche se dissipe à mesure que nous vieillissons, même chez les personnes les plus saines, mais les effets d’une telle perte sont grandement atténués si nous maintenons une activité physique quotidienne.

Quel est le problème, alors ? L’étude que nous avons mentionnée quelques lignes ci-dessus a révélé que le volume de matière grise chez les personnes en bonne santé qui font de l’exercice dans les zones de pollution atmosphérique était inférieur à celui de ceux qui faisaient de l’exercice dans des zones où l’air était plus propre. De plus, les lésions naturelles de la matière blanche se sont avérées plus nombreuses chez les personnes qui faisaient de l’exercice dans des zones polluées par l’air, comparativement à celles qui le pratiquaient dans des endroits moins pollués. Une étude de suivi, réalisée par la même équipe de chercheurs, a révélé que les risques de démence étaient remarquablement faibles tant que les gens s’exerçaient dans des endroits propres, tandis que les zones modérément polluées augmentaient les risques à long terme, quel que soit le type et l’intensité de l’activité physique.

L’explication est assez simple. Pendant l’exercice, le corps a besoin de respirer des volumes d’air plus importants. Si vous faites votre course quotidienne ou votre entraînement musculaire dans un parc situé près d’une route très polluée, vous respirerez des concentrations de toxines et de polluants produits par les véhicules à moteur. Les données obtenues par les deux études sont alarmantes, mais cela ne nous surprend pas. Le lien entre pollution et cognition est quelque chose dont nous avons déjà parlé. Ces deux études montrent comment la pollution de l’air détériore physiquement le cerveau, même chez les plus sains d’entre nous, ce qui explique la diminution de l’intelligence et de la concentration que nous avons déjà constatée dans des articles précédents.

Comment cela a-t-il été découvert ?

Les deux études ont été menées par des chercheurs de l’Université de Californie du Sud et de l’Université de l’Arizona, mais les données avec lesquelles ils ont travaillé étaient britanniques. Ils ont obtenu les dossiers de 8600 adultes d’âge moyen auprès de la Biobanque du Royaume-Uni, une base de données biomédicale contenant des informations génétiques provenant d’un demi-million de personnes venant de tout le Royaume-Uni. On y trouve des données relatives à l’âge, au statut socioéconomique et des données générales sur la santé. Ils ont même convaincu certains des participants de passer un scanner du cerveau et de porter un équipement pour suivre leurs routines d’exercice pendant une semaine. Les chercheurs ont étudié ce dernier groupe de personnes en profondeur, car leurs traqueurs ont montré qu’ils avaient une activité physique intensive. Pour mieux comparer et contrôler, l’étude comprenait également un groupe de personnes qui ne faisaient jamais d’exercice. Ensuite, les chercheurs se sont penchés sur les degrés de pollution de l’air des zones où ces personnes vivaient et faisaient de l’exercice, puis, une fois toutes les données collectées, ils ont comparé les scanners cérébraux.

Le processus a été rigoureusement construit et les résultats sont solides : l’exercice apporte beaucoup d’avantages au corps et à l’esprit, mais respirer de l’air pollué les annule. Des résultats similaires, obtenus par la même procédure, ont été obtenus avec la deuxième étude. Il est difficile de remettre en question ces découvertes. La qualité de l’air autour de nous a une influence majeure sur la qualité de nos séances d’entraînement. Peu importe que nous nous donnions au maximum si c’est au milieu d’une ville très polluée.

air pollution

Mauvaise nouvelle, n'est-ce pas ?

Oui, mais il y a des choses qui peuvent être faites à ce sujet. Pour commencer, nous pouvons toujours chercher d’autres endroits pour faire de l’exercice. Éviter les parcs près des routes polluées est un bon début. Certains peuvent même aller jusqu’à porter un masque pendant l’exercice, mais ce n’est pas quelque chose que nous recommandons car cela empêche l’air de bien irriguer vos poumons pendant une activité physique intense.

Bien sûr, courir ou pratiquer toute autre activité physique dans la nature est la meilleure chose à faire, mais si nous n’avons pas accès à un environnement pur, il est possible de s’entraîner à l’intérieur pour éviter les effets nocifs de la pollution sur notre cerveau. Mais pas si vite : la qualité de l’air à l’intérieur est aussi mauvaise qu’à l’extérieur, parfois même pire, pour une raison que nous avons déjà détaillée ailleurs. Et la salle de sport ? Il y a toutes sortes de salles de sport, certaines sont petites et bondées, d’autres grandes et avec beaucoup d’espace, mais pour que la qualité de l’air soit bonne, il faut un système efficace de filtration de toutes les formes de polluants atmosphériques. C’est quelque chose que nous, AIR8, maîtrisons parfaitement. Nous pouvons vous aider.

air pollution

Purificateurs AIR8 pour des entraînements optimaux

Les conclusions auxquelles sont parvenus les chercheurs sont mauvaises, mais cela ne devrait pas nous décourager de continuer à faire de notre mieux pour prendre soin de notre santé. Le type de produits que nous offrons est parfait pour les salles de sport et autres centres de bien-être. Notre technologie HEPA-13, de classe médicale, garantit que 99,97 % de toutes les toxines, agents pathogènes et virus, tels que le Covid-19, sont correctement exfiltrés hors de tout environnement fermé. Les particules fines PM2,5, le dioxyde d’azote (NO2) et autres polluants nocifs pour notre cerveau, nos poumons et nos os, sont également efficacement exfiltrés.

Nos filtres couvrent des surfaces allant jusqu’à 130 m² et mettent en place différents niveaux de préfiltration et de filtration, tels que les lumières ionisantes et UV-GI. Ils sont disponibles en tailles variées et peuvent facilement être déplacés d’une pièce à l’autre. Les filtres AIR8 garderont l’air frais, propre et hygiénique dans toute salle de sport. Mieux encore, ils utilisent le charbon actif dans le cadre du processus de filtration. Le charbon convertit les molécules chimiques d’un état gazeux à un état solide, ce qui aide à contrôler les odeurs, un gros problème qui se rencontre dans les endroits fermés où les gens font de l’exercice.

Nous offrons le meilleur produit disponible sur le marché, avec le meilleur CADR (Clean Air Delivery Rate) disponible. Alors pourquoi ne pas nous contacter pour obtenir un devis ? Vous pouvez même essayer notre kit de démonstration. Cela en vaut la peine : vos clients seront en mesure de faire de l’exercice et de rester en forme, tout en évitant tous les problèmes causés par la pollution de l’air intérieur.

 

Contactez Nous

 

S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Contactez-nous
Laissez-nous vos coordonnées accompagnées d’un message, nous reviendrons vers vous dans les plus brefs délais pour répondre à votre demande
Close button
Close button